Comment fonctionne l’utilisation de rouleaux de mousse ?

L’utilisation des rouleaux de mousse est très populaire. Les entraîneurs sportifs l’utilisent comme partie de l’échauffement. Les physiothérapeutes l’utilisent dans le cadre de leur stratégie de traitement, souvent pour améliorer l’extensibilité des tissus « courts ». Article écrit par Todd Hargrove le 2 mai 2013.

Il y a très peu de preuves à propos des bénéfices, s’ils existent, de l’utilisation des rouleaux de mousse. Mais il y a au moins quelques études montrant qu’elle mène à des augmentations à court terme de l’amplitude du mouvement qui n’est pas accompagné par la perte de force. (Ceci est intéressant parce que les interventions d’étirement ont tendance à montrer une amplitude accrue du mouvement associé à une perte de force et de puissance.)

Le but de cet article n’est pas de questionner l’efficacité de l’utilisation des rouleaux de mousse pour quoi que ce soit. Je suis enclin à supposer que c’est efficace d’une certaine façon pour quelques personnes. C’est difficile pour moi de croire que tant d’entraîneurs intelligents comme Mike Boyle en fassent ses éloges à moins que ce ne soit bon pour quelque chose. Donc j’y accorderai le bénéfice du doute aux fins de cet article.

La question à laquelle je veux répondre dans cet article est la suivante : si l’utilisation des rouleaux de mousse fonctionne vraiment pour réduire la douleur ou améliorer la mobilité, quel en est le mécanisme ? Je ne trouve pas les explications communes très convaincantes. Mais il y a une (généralement moins connue) explication que j’aime vraiment. Voici mon analyse critique des différentes théories qui expliquent pourquoi l’utilisation des rouleaux de mousse fonctionne, y compris ma favorite.

1. Est-ce que l’utilisation de rouleaux de mousse « améliore la qualité tissulaire » ?

C’en est une que vous entendrez tout à fait fréquemment, d’habitude sans aucuns détails quant à laquelle de ces « qualités » est en question. Je pense que certaines personnes imaginent que l’utilisation des rouleaux de mousse peut d’une façon ou d’une autre aplanir des heurts ou des incongruités dans leurs tissus comme un rouleau à pâtisserie sur la pâte à pizza. Bien sûr, cette explication est d’habitude destinée aux profanes et pas aux scientifiques, donc peut-être nous pouvons passer sur le manque de détails. Peut-être que les qualités améliorées impliquent la présence d’adhérences des fascias ou des ‘trigger points’. J’aborderai spécifiquement ces affirmations ci-dessous.

2. Est-ce que l’utilisation de rouleaux de mousse allonge ou « fait fondre » les fascias ?

Pour quelque raison que ce soit les gens ont tendance à supposer que l’utilisation des rouleaux de mousse modifie juste les fascias. Je n’ai honnêtement aucune idée de pourquoi. Un rouleau de mousse fait pression sur tous les autres tissus de l’organisme et ils communiquent tous avec le système nerveux central, qui contrôle comment nous nous déplaçons et sentons. Est-ce que le système nerveux central n’est pas l’endroit le plus évident pour chercher des changements après l’utilisation des rouleaux de mousse ?

Non, cela doit toujours être les fascias !

Mais le fascia est un truc coriace. Certes il a quelques propriétés adaptatives intéressantes, mais en fin de compte son but est de former une structure solide pour l’organisme. Est-ce qu’il est vraiment plausible que nous puissions significativement changer notre structure juste en nous allongeant un peu sur un rouleau de mousse ? Nous devons être faits de truc plus solide que ça. Si le fascia commençait à se décomposer, ou s’allonger, ou « fondre » chaque fois qu’il sentait un peu de pression durable, nous serions des créatures assez fragiles. Chaque fois que nous serions assis sur un rocher, notre chaîne postérieure s’allongerait. Ainsi, pour moi l’idée que l’utilisation des rouleaux de mousse allonge ou fond quelques trucs structurels importants de notre organisme ne passe pas le test de bon sens.

Et, plus important, la recherche ne soutient pas cette idée non plus. Il y a quelques études de recherche (ici et ici) qui essaient de déterminer le degré de pression nécessaire pour causer la déformation permanente dans le tissu conjonctif humain mûr. Le résultat est que si vous voulez un changement permanent, vous feriez mieux d’être préparés (comme le dit Paul Ingraham) à « devenir médiévaux. » Des rouleaux à vapeur peut-être, des rouleaux de mousse, non. Cela ne se passera à aucun endroit où le rouleau est le plus généralement appliqué, et qui sont d’habitude les parties les plus fortes du corps – le tenseur du fascia lata, le fascia lombaire, le fascia plantaire, etc.

3. Le rouleau de mousse casse-t-il les adhérences des fascias ? 

Peut-être qu’un rouleau de mousse ne peut pas allonger le tenseur du fascia lata, qui est plus fort que l’acier, mais pourrait-il rompre quelques petites adhérences des fascias qui empêchent le glissement entre différents groupes de muscle ? Une des études à laquelle j’ai fait référence plus haut montre qu’une pression manuelle pourrait être suffisante pour déformer le fascia nasal. Maintenant je ne vois pas beaucoup de personne utiliser les rouleaux de mousse sur leur nez, mais peut-être y a-t’il de petites adhérences minuscules entre les grands groupes de muscles qui sont aussi faibles et déformables que le fascia nasal.

De nouveau, ceci me semble fortement spéculatif. Comment savons-nous où sont ces adhérences, ou quel angle aidera à les casser ? Un rouleau de mousse est un instrument émoussé non spécifique qui distribue la force d’une façon diffuse dans le tissu. Boom ! Une partie du travail des fascias est de répandre la force, donc il serait dur de cibler un point spécifique ici. Aussi, l’angle de pression est toujours tout droit. Le rouleau de mousse limiterait la capacité de fournir la sorte de force oblique précise qui serait capable de faire glisser une couche de tissu par rapport à une autre.

Un autre problème que j’ai avec l’idée que l’utilisation de rouleaux de mousse puisse casser les adhérences des fascias est que les effets sont souvent provisoires. Les gens utilisent un peu les rouleaux de mousse, ils se sentent mieux pendant un certain temps et ensuite le lendemain ou même plus tard le jour-même, ils sentent le besoin de rouler à nouveau la même zone. Si le mécanisme d’effet casse les adhérences des fascias, alors pourquoi devons-nous répéter le processus ? Est-ce que le fascia s’est à nouveau uni de lui-même ? La nature provisoire des résultats suggère fortement un mécanisme du système nerveux conçu pour l’efficacité, pas pour la structure.

4. Est-ce que l’utilisation de rouleaux de mousse permet de se débarrasser des ‘trigger points’ ?

Beaucoup de partisans de l’utilisation de rouleaux en mousse expliquent que la procédure appropriée implique la découverte « d’un trigger point » et de rester sur ce point pendant un certain temps. Est-ce que l’utilisation de rouleaux de mousse est une façon de traiter les ‘trigger points’ ?

Il devrait être noté que le terme ‘trigger point’ signifie différentes choses pour différentes personnes. Pour certains cela signifie juste un endroit endolori, mais pour d’autres cela se réfère à une pathologie spécifique. La définition technique implique plusieurs éléments comme un nodule hyper-irritable dans endroit tendu palpable qui suscite une réponse instantanée à la palpation. On pense que les ‘trigger points’ sont causés par une sorte de crise métabolique dans les cellules musculaires qui cause une irritation chimique dans la zone locale et pour une raison inconnue renvoie la douleur à d’autres zones quand on appuie dessus.

Les ‘trigger points’ sont controversés, c’est le moins qu’on puisse dire. Il y a des débats substantiels pour même savoir s’ils existent. S’ils peuvent être de façon fiable identifiés est un autre débat. Et s’ils peuvent être effectivement traités en est un autre. Il y a beaucoup de traitements recommandés – l’étirement, la relaxation post-isométrique, des aiguilles gluantes implantées en eux, des pressions, etc. Je n’ai certainement pas le temps ou suffisamment de connaissance pour aborder tous ces débats.

Mais au regard de toutes ces incertitudes, je suis peu enclin à croire que l’utilisation de rouleaux de mousse fonctionne pour se débarrasser d’un ‘trigger point’. Il y a juste trop de questions sans réponse ici. Les experts en thérapie des ‘trigger points’ vous diront que chaque endroit douloureux n’est pas un ‘trigger point’, que chaque ‘trigger point’ n’est pas cliniquement pertinent et que leur identification et traitement demandent de la pratique et de l’expertise. Donc je ne pense pas que l’utilisation des rouleaux de mousse sur les fascias soit un traitement plausible des ‘trigger points’ (à supposer qu’ils existent et qu’ils peuvent être traités avec la pression.)

5. Est-ce que l’utilisation de rouleaux de mousse fonctionne par la stimulation proprioceptive ?

J’entends souvent des affirmations disant que l’utilisation de rouleaux de mousse induit une amélioration proprioceptive – en stimulant les mécanorécepteurs des muscles et/ou des fascias, comme les organes tendineux de Golgi, ou les fuseaux neuromusculaires, ou les corpuscules de Ruffini, ou de Pacini, ou de Al Pacino, ou de De Niro. Ceci pourrait avoir un certain effet bénéfique en encourageant la relaxation du tonus musculaire ou des fascias, ou en encourageant le cerveau à réorganiser ses cartes sensorielles ou de mouvement dans la zone locale.

Je pense que c’est une explication très plausible et certainement sur la bonne voie. Mais je doute que ce soit le mécanisme principal qui explique pourquoi les gens aiment utiliser un rouleau de mousse. Si la stimulation de ces mécanorécepteurs explique les bénéfices revendiqués de l’utilisation des rouleaux de mousse, alors pourquoi ne pas simplement vous étirer et bouger un peu, et stimuler probablement davantage ces organes, mais dans le contexte de mouvements fonctionnels ? Est-ce que le rouleau de mousse, qui ne permet pas vraiment autant de mouvement ou d’étirement du muscle ou du fascia ciblé, peut générer plus de stimulation proprioceptive que des mouvements fonctionnels comme s’accroupir, faire une fente en avant ou attraper quelque chose ? Je pense que non.

Peut-être que ce que l’utilisation de rouleaux de mousse a à offrir au mouvement est une nouvelle stimulation proprioceptive. Je pense que la nouveauté est remarquable et d’un énorme bénéfice potentiel. Elle aide à obtenir l’attention du cerveau, ce qui est ce que vous avez besoin de faire si vous voulez que le cerveau change. Mais voici quelque chose d’autre que vous avez besoin de faire. Vous devez fournir au cerveau les informations qui sont pertinentes pour quelque chose dont le cerveau se soucie. Le cerveau se sent concerné par la façon de déplacer votre corps dans des schémas fonctionnels comme s’accroupir, sauter et déhancher. Comment les informations tirées de l’utilisation des rouleaux de mousse sont pertinentes pour ces tâches ? Le cerveau n’est pas intéressé par des informations juste parce que c’est nouveau. Les informations doivent aussi l’aider à résoudre des problèmes de mouvement. Pourquoi le système nerveux serait-il intéressé par quel effet ça fait d’avoir une balle de Lacrosse sous les fessiers ?

6. Est-ce que l’utilisation de rouleaux de mousse agit sur le contrôle inhibiteur diffus ?

C’est mon explication préférée. Et c’est probablement le mécanisme avec lequel les lecteurs seront le moins familiers. Voici une description de ce dont il s’agit, comment ça marche et pourquoi je pense que c’est la raison majeure à l’efficacité potentielle de l’utilisation des rouleaux de mousse (et de beaucoup d’autres formes de thérapie manuelle).

Le contrôle inhibiteur diffus (CIDN) est une des variétés « de la modulation descendante », par laquelle le cerveau ajuste « le volume » de la nociception (les signaux d’alarme qui proviennent de l’organisme). Le CIDN signifie que le cerveau empêche des signaux nociceptifs de voyager à travers la moelle épinière vers le cerveau.

Le CIDN est de façon fiable déclenché par un apport nociceptif soutenu, comme l’immersion de votre main dans l’eau froide. L’inhibition est diffuse – elle supprime la nociception pas seulement dans la zone locale, mais aussi dans des zones éloignées. Autrement dit, si votre jambe est douloureuse, et que vous gardez votre main dans l’eau glacée pendant un certain temps, le CIDN résultant causera une diminution de la douleur tant dans la main que dans la jambe. Cette dynamique de combat de la douleur dans une certaine zone en la créant dans autre zone probable explique le succès de beaucoup de thérapies, et est parfois appelé la contre-irritation. L’effet est provisoire bien sûr.

Quelle est la puissance de l’effet du CIDN ? Très puissante. Quand un soldat perd un membre dans la bataille, il ne sentira souvent aucune douleur tant que le cas d’urgence persiste, et le CIDN en est une raison majeure. David Butler fait référence au CIDN comme « l’armoire à pharmacie du cerveau. » Voici une vidéo dans laquelle il explique cette idée de façon plus détaillée, y compris le fait que certains des médicaments dans le cerveau sont plus forts que la morphine.

L’expert de la douleur Lorimer Moseley voit la modulation descendante et le CIDN comme une façon pour le cerveau d' »anticiper » la périphérie au sujet de la menace posée par un stimulus particulier. Par exemple, si la périphérie communique des informations suggérant qu’il y a une grande quantité de menace mécanique dans une zone particulière, le cerveau, qui a accès à une richesse d’informations supplémentaires sur ce qui se passe en réalité dans la périphérie, peut décider que le problème n’est pas si sérieux et donc empêcher la transmission de signaux nociceptifs au cerveau.

Il existe une recherche significative montrant que beaucoup des maladies de douleur chronique comme la fibromyalgie, le syndrome d’intestin irritable et le syndrome algo-dysfonctionnel de l’appareil manducateur sont caractérisées par l’échec relatif du mécanisme du CIDN.

L’efficacité du CIDN quant à la suppression de la douleur dépend fortement de l’espoir que le contre-irritant aura un effet analgésique. Dans cette étude intéressante, les chercheurs ont immergé les mains des participants dans de l’eau froide, les ont choqués avec une explosion électrique au nerf sural, et ont ensuite mesuré le niveau d’activité nociceptive dans la colonne vertébrale, aussi bien que le niveau de douleur auto-rapporté. Une chose importante, les participants ont été divisés en deux groupes. On a dit au premier groupe, appelé « le groupe analgésie », que l’immersion dans l’eau froide réduirait le niveau de douleur ressenti par le choc. On a dit à l’opposé à l’autre groupe, appelé le « groupe hyperalgésie » – que l’immersion dans l’eau froide augmenterait la douleur dans la jambe.

Le groupe analgésie a éprouvé 77 % moins de douleur, et moins d’activité nociceptive dans la moelle épinière que le groupe hyperalgésie, qui n’a éprouvé presque aucune réduction de la douleur ou de l’activité nociceptive dans la moelle épinière. Autrement dit, l’espoir de soulagement était un facteur énorme pour déterminer si le CIDN a fonctionné.

Maintenant mettons tout cela ensemble. Le CIDN est une façon puissante mais provisoire de réduire la douleur dans une certaine zone en créant la douleur dans une autre. Il dépend d’une décision que prend le cerveau d’ignorer des signaux d’alarme de l’organisme. L’espoir du bénéfice du stimulus irritant joue un rôle fort.

Il y a plusieurs aspects de l’utilisation de rouleaux de mousse qui sont très compatibles avec l’hypothèse que son avantage principal est réalisé en créant du CIDN. La règle numéro un dans l’utilisation de rouleaux de mousse est de trouver un endroit endolori et de rester dessus pendant quelque temps. Vous devez créer un peu de douleur. Bien sûr, la douleur est souvent « une bonne douleur », ce qui est exactement le type de sensation qui corrélerait avec la conclusion du cerveau que l’irritation est d’une façon ou d’une autre bénéfique – qui est ce avec quoi on obtient le CIDN.

L’utilisation de rouleaux de mousse crée souvent le soulagement de la douleur, pas seulement dans la zone de pression, mais dans d’autres zones aussi. Les gens ont aussi tendance à sentir plus de liberté de mouvement, ce que l’on pourrait facilement expliquer par la suppression d’activité nociceptive, qui a tendance à créer la protection du muscle, sa rigidité et des schémas de mouvements compensatoires.

De plus, les résultats de l’utilisation de rouleaux de mousse sont souvent provisoires et doivent être répétés (et répétés souvent plus durement la fois prochaine – est-ce que les gens deviennent accros à l’armoire à pharmacie cerveau ?) Ceci suggère un mécanisme obtenu par le système nerveux central.

Donc voici l’histoire que je raconte au sujet de l’utilisation de rouleaux de mousse. Vous mettez un rouleau de mousse sous vos fessiers et créez une signalisation nociceptive significative. Le cerveau la reçoit et dit quelque chose comme : « OK, les fessiers me disent qu’il y a un peu de danger là tout de suite. Mais j’arrive à savoir que ceci est une situation thérapeutique parce que mon entraîneur me l’a dit. Ainsi, envoyons quelques médicaments le long de la moelle épinière pour bloquer toute cette conversation à propos du danger. Et, nous ferons ressentir ceci comme étant une » bonne  » douleur, et pas une blessure. » Les médicaments réduisent la douleur et améliorent ainsi le mouvement temporairement.

Est-ce que ça fait sens ?

Implications pratiques

Maintenant quelques personnes liront ceci et diront « et bien qui se soucie de comment ça marche, tout ce qui m’intéresse c’est que ça marche. » Et dans un certain sens c’est bien, mais ce manque de curiosité ignore les améliorations potentielles que l’on pourrait faire à une pratique thérapeutique en comprenant le vrai mécanisme d’effet.

Si l’utilisation de rouleaux de mousse ne fonctionne vraiment que sur le CIDN, il serait peut-être donc plus facile d’obtenir le même effet juste en vous pinçant ou en mettant votre main dans l’eau glacée. Ou peut-être que ceci embêterait nos espoirs, qui nous le savons sont important pour obtenir un effet.

Voici une autre question intéressante qui se pose en considérant que l’utilisation de rouleaux de mousse marche peut-être exclusivement sur la base du CIDN. Si les résultats sont seulement provisoires, peut-il y avoir un bénéfice progressif ? Je pense que la réponse est : ça dépend. Le soulagement de la douleur et le mouvement amélioré ouvrent une fenêtre d’opportunité par laquelle on pourrait entrer. Si vous vous sentez mieux pendant seulement une heure, ceci fournit assez de temps pour faire des mouvements qui ne seraient pas normalement accessibles, apprendre de nouvelles compétences, développer de nouvelles capacités et réduire la menace perçue associée à certains mouvements. Ceci pourrait avoir un bénéfice permanent. Mais bien sûr si vous restez juste assis sur le canapé, les bénéfices seront probablement provisoires.

Voici une autre question que j’ai en ce qui concerne l’utilisation de rouleaux de mousse. Si la raison majeure pour laquelle ça marche est l’ouverture de l’armoire à pharmacie du cerveau, alors est-ce qu’on peut en devenir accro ? Je n’en ai aucune preuve réelle, mais je jure que j’ai vu un modèle inquiétant. Certains ont obtenu un soulagement par l’utilisation de rouleaux de mousse, et ensuite par l’utilisation de balle de Lacrosse, et ensuite par une balle en bois, jusqu’à ce qu’ils se blessent eux-mêmes avec de l’acier dans un effort pour obtenir leur dose ! Empêcher ce type de situation est une raison pour laquelle c’est une bonne idée de savoir pourquoi quelque chose marche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.