Douleur chronique : la perspective des systèmes

La douleur chronique est un problème complexe et déroutant.

Contrairement à la douleur aiguë, qui est bien corrélée avec la blessure, la douleur chronique est souvent sans rapport aux dégâts tissulaires. Elle peut avoir comme origine une large variété de facteurs comme le sommeil, l’humeur, les pensées, ou les émotions. Et la douleur chronique est connectée avec d’autres problèmes de santé comme l’obésité, l’anxiété, la dépression, ou le syndrome du colon irritable. Article écrit par Todd Hargrove, le 15 octobre 2014.

Nous pouvons mieux comprendre la complexité de la douleur chronique, et sa relation à d’autres troubles multi-symptomatiques, en apprenant quelque chose de la théorie des systèmes. J’ai récemment découvert deux articles excellents qui parlent de la douleur et du stress d’un point de vue systémique. Vous pouvez lire les versions en texte intégral ici et ici.

L’idée de base est que la douleur chronique est souvent conduite par le dérèglement d’un « super-système » qui coordonne des réponses défensives à la blessure. Le super-système résulte de l’interaction dynamique entre différents sous-systèmes, plus particulièrement le système nerveux, le système immunitaire et le système endocrinien.

Ci-dessous vous trouverez une description détaillée mais simple de ce que nous pouvons apprendre de la douleur chronique depuis cette perspective des systèmes. Et ce qui est plus important, ce que nous pouvons faire à son sujet.

D’abord, un peu d’avertissement. Cet article est un peu long. Mais c’est un des meilleurs articles que j’ai écrits. Et j’y ai ajouté beaucoup d’images et d’exemples très sympas pour illustrer les propos. Saisissez donc une tasse de café et préparez-vous à apprendre quelques concepts fascinants qui vous donneront une idée de presque quoi que ce soit impliquant la santé humaine.

Systèmes adaptatifs complexes définis

Un système est un ensemble lié de différentes parties qui interagissent pour servir un objectif commun.

Un système complexe est composé de parties qui interagissent pour produire des comportements collectifs qui sont plus complexes que la somme des comportements individuels. Par exemple, en économie, écologie, temps, circulation, groupes d’oiseau, et bancs de poissons, les agents individuels se comportent d’une façon simple, mais leurs interactions produisent un modèle ordonné qui est très complexe.

1069349_c1e0145fUn système adaptatif complexe, comme un organisme, est celui dont le comportement n’est pas simplement réactif à son environnement, mais déterminé et proactif. Ainsi, un système adaptatif complexe a un certain degré d’entremise et d’intelligence.

Les exemples incluent les ruches, les colonies d’insecte et le système immunitaire. Dans chaque cas, les acteurs individuels dans le système obéissent de manière robotique aux modèles de comportement qui sont très simples. Mais les interactions produisent un comportement collectif qui est fortement intelligent et adaptatif.

D’où vient cette intelligence si ce n’est pas des acteurs individuels dans le système ?

Émergence et pénurie du contrôle central

Le comportement d’un système simple est souvent gouverné par un contrôleur central. Par exemple, dans un système de chauffage domestique, le thermostat contrôle si le chauffage s’allume ou s’éteint.

Dans un système complexe, le contrôle n’est localisé dans aucune zone particulière, mais émerge des interactions complexes de toutes les différentes parties. Par exemple, une colonie de termite est un projet architectural incroyablement sophistiqué, mais il n’y a pas une seule termite qui sait le construire. Au lieu de cela, chaque termite suit juste son propre algorithme simple de comportement.

TermitesVsGaudi
Les termites n’ont pas besoin de Gaudi pour construire leur version de la Sagrada Familia.

Ceci me rappelle l’opinion de Dan Dennett à propos de la nature de l’intelligence humaine : elle ne peut pas être localisée dans une seule partie du cerveau. Il n’y a aucun « tissu miraculeux » imprégné de pouvoirs magiques de connaissances, ou d’homoncule qui perçoit les données de la raison. Au lieu de cela, la connaissance émerge des interactions complexes de milliards de cellules minuscules, aucune d’elles n’étant un peu plus intelligente qu’une bactérie.

De même, l’intelligence qui coordonne le système d’alarme de la douleur n’est pas logée exclusivement dans le système nerveux – elle émerge de l’interaction du système nerveux avec d’autres systèmes de l’organisme, y compris le système immunitaire et le système endocrinien. Parce que l’intelligence qui crée la douleur est largement distribuée à travers le cerveau et en effet l’organisme, il n’y a pas de commutateur central de contrôle que nous pouvons actionner pour sortir quelqu’un de la douleur. Au lieu de cela, nous devons changer le comportement du système dans son ensemble.

Imbrication

Les systèmes adaptatifs complexes sont imbriqués – ils sont composés de sous-systèmes, qui sont à leur tour composés de sous-systèmes plus petits, qui ont leurs propres sous-systèmes, etc. Par exemple, le système nerveux est fait de parties comme le cerveau, la moelle épinière et les nerfs périphériques, qui sont faits de différents types de cellules, et cetera.

Chaque sous-système a des degrés variables d’agencement et d’intelligence. Par exemple, un neurone peut d’une certaine manière « décider » avec quels voisins former des synapses. Un termite peut décider où creuser, etc.

Nous pouvons porter notre attention vers des niveaux de hiérarchie variés dans les systèmes imbriqués, agrandissant et se focalisant sur différents niveaux de complexité. Il n’y a rien de réductionniste ou de fallacieux dans le fait de considérer le comportement de juste une partie de l’ensemble, tant que nous nous souvenons que c’est seulement une partie.

800px-Floral_matryoshka_set_2_smallest_doll_nested1
Trop souvent, c’est le seul niveau qui est traité.

Par exemple, en examinant pourquoi quelqu’un ressent de la douleur, nous pouvons concentrer notre attention sur les nocicepteurs. Bien qu’ils soient un petit sous-système relativement stupide et robotisé dans le super-système d’alarme de douleur, ils ont vraiment un certain degré d’intelligence, et peuvent « décider » s’il faut rapporter certaines menaces au cerveau. Nous pouvons changer leur comportement de prise de décisions, par exemple, en prenant des anti-inflammatoires pour réduire l’inflammation locale et baisser leur sensibilité.

La corne dorsale de la colonne vertébrale est un sous-système plus complexe avec plus de pièces mobiles, et donc plus d’intelligence et d’agencement. Elle reçoit des signaux nociceptifs depuis la périphérie et décide ensuite s’il faut les rapporter au cerveau. Comme les nerfs périphériques, la sensibilité de la corne dorsale peut être ajustée. Par exemple, le cerveau peut désensibiliser la corne dorsale par la modulation descendante.

En regardant des super-systèmes de niveau plus haut comme le cerveau, nous trouvons des niveaux beaucoup plus grands d’intelligence et le contrôle de la douleur. Parce que cette intelligence ne vit en aucun endroit particulier, mais au lieu de cela dans un réseau fabuleusement complexe de connexions, créer du changement n’implique pas d’actionner n’importe quel simple commutateur. Ceci peut nous pousser à nous demander : pourquoi des systèmes complexes changent-ils leur comportement ?

Homéostasie, stress et hormèse

Les systèmes adaptatifs complexes changent pour maintenir un état d’équilibre en relation à un environnement changeant.

L’homéostasie est un état d’équilibre fournissant les conditions minimales ou essentielles pour la vie. Si l’organisme ne préserve pas l’homéostasie en restant dans certaines gammes de chaleur, de niveaux des fluides, de tension artérielle, il mourra.

L’allostasie se réfère à un concept légèrement différent – c’est le processus dynamique de changement d’états pour s’adapter à l’environnement. Ainsi, un état optimal d’équilibre n’est pas statique, mais toujours en train de changer dynamiquement.

Le stress est le processus qui utilise des ressources pour répondre aux facteurs externes ou internes qui poussent le système hors d’équilibre. Par exemple, une blessure est un facteur de stress qui crée une réponse de stress. La réponse de stress a d’habitude trois étapes – l’alarme, la résistance et le rétablissement.

L’hormèse arrive quand une petite quantité d’un certain facteur de stress est bénéfique, tandis que de plus grandes quantités causent un mal significatif.

ch1_f05

L’exercice est la forme la plus connue d’hormèse. La dose juste – ni trop ni trop peu – aide à régler et réguler le système de réponse de stress, nous faisant être en meilleure santé, et plus capable de résister au même facteur de stress à l’avenir. Ce qui est moins bien apprécié c’est que la même règle s’applique à presque n’importe quelle sorte de facteur de stress, y compris l’exposition aux toxines, à la chaleur, au froid, à l’anxiété, aux microbes, etc. Ainsi, la santé n’est pas nécessairement servie en réduisant toutes les formes de stress aussi bas que possible. Au lieu de cela, il faudrait chercher le dosage optimum de stress – ni trop haut, ni trop bas.

800px-2007_CrossFit_Trainer_certification
Un coach sportif s’assure que les niveaux de stress sont justes bien.

Quand la durée ou l’intensité du stress est trop importante, la réponse de stress peut brûler des ressources plus rapidement qu’elles ne peuvent être remplies de nouveau. Ceci peut mener à un échec dans le rétablissement (l’épuisement), et/ou à la dérégulation du sous-système souligné ci-dessous.

Etats et changements de phase

Les théoriciens de la complexité utilisent le terme « état » pour se référer à toutes les façons différentes qu’un système complexe peut changer en réponse aux facteurs de stress ou autres données de l’environnement. Ces changements sont souvent non-linéaires, ce qui signifie que de petites perturbations dans le système peuvent produire de grands changements, ou que de grandes perturbations peuvent produire de très petits changements.

Un changement non-linéaire significatif est appelé un changement de phase. Par exemple, considérez comment l’eau réagit à une baisse de température. Les températures baissant de 80°F à 40°F, l’eau se refroidira, mais restera à peu près la même substance. Mais si les températures chutent de 15 autres degrés, elle subira un changement de phase et se transformera en glace.

6mm-3064677_469_650-2
Changement de phase

Certains états de douleur chroniques comme l’allodynie (la douleur sans dégâts tissulaires) peuvent être compris comme un changement de phase dans le comportement du super-système qui gouverne la réponse à la blessure.

Attracteurs

Comment des systèmes complexes sans aucun contrôle central maintiennent l’homéostasie et créent des réponses adaptatives au stress ? Pourquoi ce contrôle semble juste « apparaître » ?

Une partie de la réponse implique le concept d’attracteurs. Bien que les systèmes complexes puissent potentiellement s’organiser eux-même en un nombre presque infini d’états différents, il y a certains états vers lesquels ils ont tendance à se déplacer. Ces états sont appelés des attracteurs, et ils contribuent à la stabilité.

640px-Lorenz_attractor_ybVoici une métaphore commune pour décrire comment un système dynamique en perpétuel changement est toujours attiré vers un état particulier. Imaginez une balle se trouvant dans une dépression profonde ou dans un bol sur un support non régulier. Si la balle est poussée, elle roulera ou rebondira de manière chaotique sur divers autres points dans le bol, et ensuite s’installera finalement dans le fond. Le bol est un attracteur qui maintient la position de la balle dans certaines limites. Une balle lâchée dans un paysage inégal sera attirée par de larges bols, et aura beaucoup de mal à échapper aux bols profonds.

Dans le contexte de la douleur, nous pouvons penser à un niveau normal de sensibilité à la douleur comme un attracteur vers lequel le système gravite. Une blessure perturbera le système et causera une augmentation immédiate de la sensibilité près de la zone de la blessure (par l’inflammation périphérique et la sensibilisation centrale). Mais quelque temps après, la sensibilité du système devrait être attirée vers les niveaux de comparaison. 

Et si la balle est poussée si fort qu’elle passe par dessus l’arête d’un bol et va dans un autre ? Ceci est un changement de phase qui établit un nouvel attracteur.

a.DL_.alternative-stable-states

Une blessure sévère peut perturber le système d’alarme de la douleur à un tel degré que les niveaux de comparaison de la sensibilité à la douleur ne retournent pas à la normale, même après que la blessure a guéri. Le syndrome de douleur régional chronique (CRPS) est un exemple de changements de phase causant un dérèglement sévère du super-système de défense.

Boucles de retour d’information

Les attracteurs sont en partie établis par des boucles de retour d’information. Une boucle de retour d’information est un modèle par lequel l’état d’un système à un moment donné crée le retour d’information qui guide le prochain tour de changements. Les boucles de retour d’information peuvent être négatives ou positives.

Le retour d’information négatif signifie que lorsque le système détecte un changement dans une direction particulière, ceci encouragera un changement dans la direction opposée. Par exemple, quand un thermostat détecte une augmentation de la chaleur, il coupera le chauffage et vice versa. Des boucles de retour d’information négatives contribuent donc à la stabilité.

Dans une boucle de retour d’information positive, un changement dans une direction crée le retour d’information qui encourage un changement similaire. Ceci crée essentiellement un cercle vicieux. Imaginez le comportement d’une foule dans une émeute, ou une ruée de bétail. Les choses peuvent devenir hors de contrôle très rapidement.

Stampede_loop-2

Une boucle de retour d’information positive peut créer un changement de l’organisme très rapidement, ce qui est nécessaire pour traiter un cas d’urgence. Parce que les boucles de retour d’information positives déplacent le système loin de l’équilibre, elles sont d’habitude sous le contrôle d’un système englobant de retour d’information négatif qui empêche la perte d’équilibre.

Voici un exemple montrant comment les boucles de retour d’information négatives et positives travaillent ensemble pour créer une réponse appropriée à la blessure. Premièrement, les boucles de retour d’information positives causent une augmentation rapide de la sensibilité à la menace : les dégâts tissulaires causent l’inflammation, qui augmente la sensibilité des nocicepteurs, les faisant tirer plus souvent. Le tir accru des nocicepteurs peut causer une inflammation neurogénique, qui augmente encore plus la sensibilité des nocicepteurs. De plus, les niveaux accrus de nociception sensibiliseront la corne dorsale de la colonne vertébrale, la rendant probablement mieux à même de rapporter les messages nociceptifs au cerveau.

Cette boucle de retour d’information positive est une partie normale de réponse à la blessure et aide à créer les changements rapides nécessaires pour organiser une réponse d’urgence. À un certain point (et particulièrement après que les blessures sont guéries), les boucles de retour d’information négatives devraient entrer dans le tableau pour s’assurer que le cercle vicieux de la douleur et l’inflammation ne continue pas.

Une façon qu’ont les boucles de retour d’information négatives pour aider à stabiliser les niveaux de douleur est la modulation descendante. Ceci implique que le cerveau envoie des substances comme l’opiacé le long de la moelle épinière, empêchant la corne dorsale de transmettre la nociception. La descente de l’inhibition est de façon fiable déclenchée par certaines sortes de douleur durable, comme l’immersion de votre main dans l’eau glacée (et par l’exercice, et probablement par l’utilisation d’un rouleau en mousse). De façon intéressante, on connaît beaucoup de personnes souffrant de douleur chronique, y compris les troubles de l’articulation temporo-mandibulaire, le trouble de l’intestin irritable et la fibromyalgie, comme ayant des problèmes pour activer l’inhibition descendante. De la perspective systémique, cela signifie que leurs boucles de retour d’information négatives ne donnent pas un coup de pied dans le contrôle des boucles de retour d’information positives.

Les boucles de retour d’information positives jouent probablement un rôle majeur pour l’allodynie, la migraine, et une variété de troubles auto-immuns. Dans chaque cas, un stimulus conduit le système hors de contrôle très rapidement.

Connectivité

Les relations entre toutes les différentes parties d’un système adaptatif complexe sont plus importantes que les parties elles-mêmes. Par exemple, l’intelligence et la complexité incroyables du cerveau humain sont dues à sa connectivité. En fait, il y a plus de connexions possibles entre les neurones dans le cerveau humain qu’il y a d’atomes dans l’univers. C’est un monde à lui seul, comme des millions de troupeaux d’oiseaux.

Dans le contexte d’un événement stressant comme une blessure, la connectivité des sous-systèmes majeurs – nerveux, immunitaire et endocrinien – assure qu’une réponse est systématique, globale et fortement coordonnée. Cette connectivité crée un tableau énormément complexe de boucles de retour d’information négatives et positives qui organisent une réponse.

Si vous souhaitez lire beaucoup de lourds détails sur la nature exacte des interactions entre ces différents sous-systèmes majeurs, lisez ceci. Vous trouverez ci-dessous un résumé très bref des actions défensives des acteurs majeurs, et ensuite un diagramme illustrant leurs connexions.

La fonction de base du système nerveux est de contrôler l’organisme en rassemblant des informations dans la périphérie, les transmettant à la moelle épinière et au cerveau, traitant ces informations et émettant ensuite des ordres à des parties fortement spécifiques de l’organisme, y compris les muscles et les glandes. Dans le contexte de protection de l’organisme, cela veut dire prévoir et détecter les menaces, et créer ensuite des productions protectrices comme des mouvements défensifs ou l’expérience consciente de la douleur. Ces processus arrivent presque instantanément avec une précision, une spécificité et une différenciation incroyables.

Le système endocrinien est aussi un système de signalisation d’informations, mais contrairement au système nerveux, ses effets sont lents, prolongés et beaucoup moins ciblés et spécifiques. C’est parce qu’il fonctionne par la sécrétion d’hormones dans le système circulatoire de diverses glandes (par exemple pinéale, pituitaire et surrénale.) Ces hormones peuvent servir à protéger l’organisme en créant l’excitation physiologique qui les aide à survivre à une situation de combat ou de fuite. Quand l’urgence est passée, les changements d’hormone encouragent un état qui promeut la guérison et le rétablissement.

Le système immunitaire est chargé de détecter et traiter les menaces dans l’environnement interne – détection et meurtre d’envahisseurs microbiens, et création de l’inflammation pour guérir des blessures.

Encore une fois, les interactions de ces trois systèmes sont incroyablement complexes, et sont discutées en détail dans ce journal. Une grande partie de cet article est fortement technique et non directement pratique pour un thérapeute. Mais je pense ça vaut le coup de le feuilleter pour cette section, pas tellement pour mémoriser chaque différent type d’interaction, mais pour acquérir une appréciation générale sur le degré d’interconnexion entre les trois systèmes.

Voici un diagramme de connexions.
ch1_f04-2

 

Quatre sortes de dérèglement systémique peuvant causer la douleur chronique

Cet article identifie quatre types de dérèglement qui pourraient causer la douleur chronique.

Perturbation dans le biorythme. Les humains mangent, dorment et travaillent selon les rythmes circadiens, qui sont contrôlés par les fluctuations hormonales. Ces rythmes peuvent être dérangés et déréglés. En fait, les problèmes de sommeil sont corrélés avec beaucoup de problèmes de santé, y compris la douleur chronique.

Dysfonctionnement de retour d’information. Comme indiqué ci-dessus, le dérèglement des boucles de retour d’information positives et négatives peut mener à l’allodynie ou à des troubles auto-immuns.

Rétablissement incomplet. Les facteurs de stress affectent beaucoup de systèmes en même temps. Si le niveau de facteurs de stress aigus ou chroniques est excessif, le système le plus faible peut tomber en panne en étant simplement à court de ressources pour achever la réponse au stress. Ou, un système peut changer son point de contrôle en réponse à un facteur de stress, et échouer ensuite à retourner au comportement normal. Un exemple de ceci serait l’hyper vigilance et l’hyper réactivité connues dans l’état de stress post-traumatique.

Coordination inter sous-système. Quand un système est déréglé, sa coordination avec d’autre système peut aussi devenir anormale.

Exemples pratiques

Merci d’avoir lu jusqu’ici. Vous demandez-vous que faire avec ces informations ?

Personnellement, je pense que la perspective des systèmes est une façon excitante et fascinante de regarder les questions de santé. Elle nous aide à voir les faits qui sont autrement des angles morts. Et je pense à certains égards qu’elle peut créer beaucoup d’espoir. Voici quelques exemples aléatoires.

Douleur simple et douleur complexe

Certaines douleurs sont plus simples et locales tandis que d’autres sont plus globales et complexes.

Imaginez que vous éprouvez la douleur d’un couteau planté dans votre dos. Il y a une cause simple – un type l’a mis là ! Et une solution simple – l’enlever. Certaines sortes de douleur courantes sont presque aussi simples. Si vos pieds commencent à faire mal après avoir beaucoup couru, la solution simple pourrait être … arrêter de courir et se reposer. Ou peut-être que votre mal de dos est causé par une mauvaise habitude de mouvement d’une façon qui demande trop d’effort sur cette zone. La solution simple est de changer vos habitudes de mouvement. (Simple mais pas toujours facile.)

Mais malheureusement beaucoup de douleurs ne sont pas si simples. Imaginez que vous avez un mal de dos installé depuis un moment qui n’est clairement lié à aucun mouvement ou pathologie structurelle. Il est probable que la cause de la douleur soit plus globale et complexe – ce qui signifie que cela ne se trouve dans aucun facteur unique, mais dans une relation déséquilibrée entre les systèmes majeurs de l’organisme – immunitaire, endocrinien et nerveux. Ceci est encore plus probable si vous avez une maladie connue pour être causée par ce type de dérèglement global : diabète, dépression, anxiété, syndrome du colon irritable, troubles du sommeil, troubles auto-immuns, fibromyalgie, trouble de stress post-traumatique et fatigue chronique.

Les douleurs associées à ces conditions ne seront probablement PAS efficacement traitées en concentrant une attention unique sur les zones localement douloureuses. Le problème ne vit pas là. Comme Peter O’Sullivan l’a exposé, nous devrions renoncer à chercher « une théorie du remède miracle » concernant les douleurs non spécifiques du bas du dos. Au lieu de cela, parce que le problème concerne plus les super-systèmes que les sous-systèmes, il devrait être abordé par des interventions qui ciblent ce niveau plus complexe et global. Ce qui pourraient inclure de travailler sur le régime alimentaire, le sommeil, l’exercice ou la réduction de stress à base de pleine conscience. Ce sont « les grands cailloux » que nous devrions nous assurer de mettre dans notre besace avant que nous ne commencions à recourir aux grains de sable minuscules comme l’amélioration de la position ou le renforcement cardiaque.

Beaucoup de personnes ont des améliorations possibles énormes dans leur façon de se nourrir, de dormir, de faire de l’exercice ou de gérer le stress. Ils pourraient être plus motivés pour faire ces améliorations s’ils avaient mieux compris la connectivité de tous les différents systèmes dans l’organisme et leur relation potentielle à la douleur chronique.

Les problèmes locaux peuvent aussi être complexes

Si le repos ou l’optimisation des schémas de mouvement n’aident pas le problème qui est clairement lié au mouvement, comme une blessure de stress répétitive, cette douleur pourrait alors impliquer un certain degré de complexité locale. Par exemple, des blessures de stress répétitives comme la tendinose, la fasciite plantaire ou la tendinite du coude peuvent impliquer un dérèglement de la guérison et du processus de réparation dans de très petites zones.

Depuis la perspective des systèmes, nous pouvons regarder ces états comme impliquant un changement de phase dans la qualité tissulaire, apporté par des facteurs de stress qui sont arrivés avec assez de fréquence et/ou d’intensité pour écraser la capacité adaptative des systèmes de réparation locaux. De façon intéressante, le meilleur traitement (à part le repos) est souvent un exercice excentrique. Cela amène de petites quantités de blessures à reprendre le processus de guérison, peut-être en cassant une boucle de retour d’information coincée, ou en perturbant le système de retour vers un état d’équilibre. (Imaginez donner un coup de pouce à une balle qui sortirait d’un petit bol pour entrer dans un autre.)

Certaines personnes sont sensibles

Le super-système qui coordonne les réponses défensives à la menace peut être prêt à augmenter ou diminuer les niveaux de sensibilité.

Pour une personne sensible, quand il y a un stimulus menaçant – la blessure, le stress au travail, la maladie, l’insomnie, une mauvaise nourriture – il y a une réponse défensive forte. La personne peut se sentir fatiguée, faible, endolorie, ou pas dans son assiette après une exposition aux facteurs de stress même mineurs. Beaucoup de ces personnes ont subi une certaine forme de trauma sérieux dans leurs vies.

D’autre part, certaines personnes ont un système défensif qui reste très stable même face à une menace significative. Ce sont les gens qui peuvent exécuter un marathon, avoir un accident de voiture, travailler 80 heures par semaine, donner naissance à des jumeaux, et toujours continuer à vivre sans baisse d’énergie, de vitalité et de bien-être. Comme si rien n’était arrivé du tout !

Je pense que c’est une bonne idée d’avoir une certaine idée de où vous ou vos clients vous situez le long de ce continuum, de façon à pouvoir concevoir les interventions qui sont appropriées à leur niveau de sensibilité à la menace. Je pense aussi que certains de mes clients ont bénéficié du fait d’avoir compris qu’ils sont particulièrement sensibles. Cela les aide à porter moins de jugement sur eux à propos de leur difficulté à faire face aux facteurs de stress mineurs. Ils savent que la douleur et la fatigue qu’ils sentent est réelle et non imaginaire (même si certains de leurs amis et famille ont des doutes.) Savoir qu’ils sont sensibles les aide aussi à gérer intelligemment leur niveau de stress pour s’auto-réguler.

Une autre idée utile est que ces niveaux de sensibilité peuvent changer. Il est évident qu’ils peuvent facilement empirer – un trauma extrême peut causer un changement de phase dans le comportement des systèmes défensifs, les rendant hyper vigilants et hyper réactifs. Mais les systèmes hyper vigilants peuvent lentement revenir à un point de contrôle plus fonctionnel par le repos, la gestion du stress, une exposition graduée, et des améliorations de l’état de santé général. Malheureusement, ceci ne se fait en général pas du jour au lendemain.

Le progrès est non-linéaire

Parce que les systèmes complexes changent souvent d’une façon non-linéaire, nous pouvons nous attendre à ce que le progrès soit également  non-linéaire. Cela signifie que s’améliorer est souvent une question de faire deux pas en avant et un pas en arrière. À court terme, ceci rend difficile le discernement d’un changement positif. Mais sur une plus grande période, un schéma de progrès peut devenir clair.

Il est bon de garder ces modèles en perspective pour que des rechutes à court terme ne causent pas l’abandon d’une stratégie gagnante. De plus, il est bon de garder à l’esprit l’idée d’un changement de phase. Si vous poussez lentement cette balle en haut de la colline suffisamment longtemps, vous pouvez finalement surmonter la bosse et éprouver une accélération énorme en cours.

Super-systèmes sociaux

Une personne seule fait d’habitude partie d’un plus grand système social (une famille, un environnement professionnel, une communauté) qui peut interagir de façons complexes. Les humains ont évolué dans un contexte social et donc certains de nos systèmes de défense, y compris la douleur, sont conçus pour motiver les comportements qui cherchent l’aide des autres. Si vous êtes dans un contexte social qui vous expose continuellement à des facteurs de stress excessifs, et qui vous font estimer que votre travail est vide de sens ou sous apprécié, ceci augmentera la probabilité que vous éprouviez de la douleur.

Conclusion

Notre système de soins médicaux est étonnamment bon pour traiter les blessures aiguës. Il a un long chemin à parcourir dans le traitement des problèmes globaux, systémiques et complexes qui sont actuellement les plus grands problèmes de santé auxquels nous faisons face – obésité, diabète, douleur chronique, etc.

Nous pouvons mieux comprendre l’essence de ces problèmes avec la perspective des systèmes, et avec un peu de chance ceci nous permettra de voir que ces problèmes ne seront pas résolus par des interventions fortement spécifiques comme les médicaments, les baies de Goji, ou l’utilisation de rouleaux en mousse. Ils exigeront des instruments émoussés, non spécifiques, mais efficaces pour réguler la santé systémique – le régime, l’exercice, le sommeil et la régulation du stress. Ce sont les principes de base qui sont ignorés en faveur des formules magiques et des solutions miracles.

Rétroliens

  1. […] Les participants témoignent de changements clairs de posture (tant physique que mentale), d’équilibre, de mobilité, de souplesse, de stabilité, de coordination aussi bien qu’une meilleure énergie, une capacité améliorée de penser, d’apprendre et d’être créatifs, et une diminution significative des douleurs physiques, tant ponctuelles que chroniques. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *