Feldenkrais : tout ce que vous « connaissez » à propos de la guérison pourrait être complètement faux

Témoignage de Michael Sigman, écrivain, sur l’apport de la méthode Feldenkrais et sur les idées qu’elle met en cause.

Un cerveau sans corps ne pourrait penser.
– Moshe Feldenkrais

Quand je lui ai dit que l’entraînement sur le vélo d’intérieur ajoutait seulement une rigidité de l’articulation de la hanche à ma douleur chronique d’épaule, mon instructeur de Pilates était incrédule. « Ne comprenez-vous pas ? » me demanda t’elle. « Votre corps vous dit d’étirer ces douleurs musculaires et tendineuses. »

Cela a fait sens pour moi. Mais quand la praticienne de Feldenkrais et physiothérapeute Stacy Barrows m’a encouragé à assister à son cours – qui, j’imaginais, serait entièrement basé sur l’étirement – j’étais circonspect. Nos séances individuelles se passaient bien, mais les cours avaient tendance à induire une pression des pairs et je m’inquiétais d’un étirement vigoureux sur une zone toujours molle.

Le cours a balayé mes appréhensions. Pratiquement tout que nous avons fait était d’ouvrir et de fermer nos mains gauches aussi lentement qu’humainement possible. Ok, il y avait une autre chose : imaginer que nous faisions de même avec nos mains droites.

Ca a aidé.

Feldenkrais, une théorie étrange et relativement obscure basée sur la science inventée il y a 55 ans par le physicien devenu guérisseur Moshe Feldenkrais, remet en cause beaucoup de nos chères idées au sujet du bien-être et de la santé

Plutôt que de traiter une blessure à son emplacement, il est souvent plus efficace de porter attention à des parties du corps éloignées qui peuvent sembler non liées.

Ici, par l’Évangile selon Feldenkrais, voici cinq autres idées fausses communes :

1. Plus on va vite, mieux c’est. 
Nous sommes amenés à penser que la rapidité est mieux que la lenteur et que plus nous répétons les mouvements, mieux c’est. En fait, nous devons ralentir, ralentir et ralentir. Selon l’expert Feldenkrais Fred Onufryk, « En bougeant ou faisant des exercices rapidement, vous pouvez seulement faire les choses comment vous les avez toujours faites. C’est une habitude. Bouger lentement vous permet de prendre conscience de ce que vous faites, vous permet de faire des distinctions et vous laisse choisir une façon nouvelle et différente de faire les choses. »

2. « Etirer » la zone blessée facilite la guérison. 
Les exercices d’étirement statiques pour des zones spécifiques – ischio-jambiers, mollets, bras, nuque – sont fréquemment inutiles et souvent contre-productifs. Barrows : « Notre style de vie moderne – les heures passées à conduire, travailler à l’ordinateur, regarder la télé, etc – dessèchent la dextérité et la mobilité que nous avions enfants. Nous avons pensé que nous pourrions retrouver de la mobilité via des étirement statiques, mais les recherches montrent que ce dont nous avons vraiment besoin est de rétablir la coordination fine nécessaire pour avoir accès à la souplesse enfantine. Notre système nerveux s’est habitué à la tension physique et à l’immobilité et établit des câbles pour protéger et limiter notre mouvement. »

3. Une bonne posture c’est se tenir droit avec les épaules en arrière.  
La posture est intimement liée au mouvement et nous avons besoin de beaucoup de positions subtilement modulées pour maximiser le mouvement facile. Pensez à Michael Phelps glissant sur l’eau. 
« On enseigne généralement la posture de façon statique alors qu’il s’agit vraiment d’un alignement dynamique basé sur le calibrage spontané du mouvement, » dit Barrows. « Quand les gens arrêtent de penser comment être debout ou être assis ils se figent souvent dans une position qui installe une rigidité et ne laisse pas la place à l’élasticité, l’adaptabilité à la perte d’équilibre, ou à l’absorption des chocs. L’idée de se tenir droits ou de tirer les épaules en arrière n’est pas une indication appropriée. »

4. La force physique – comme les tablettes abdominales – nous garde en forme et empêche les blessures. Évidemment nous avons besoin de force, mais l’haltérophilie intense et la gymnastique rythmique pour développer la sorte de musculature louée dans Men’s Fitness peuvent gêner le mouvement gracieux.
Barrows dit, « Nous avons tendance à considérer la force pour résoudre nos problèmes de mouvement, mais les tensions musculaires indésirables – que Moshe Feldenkrais appelait ‘les contractions parasites’ – sont simplement inutiles car elles maintiennent des schémas qui en réalité interfèrent avec le mouvement. » Selon Jeff Haller, PhD., « Le docteur Feldenkrais disait, ‘Je vous enseigne à être fort.’ Je crois qu’il a voulu nous dire d’avoir les ressources internes pour respecter la nécessité du moment changeant. » « Ceci peut seulement être accompli avec une sensibilité musculaire formée, » ajoute Barrows.

5. On n’a rien sans rien
Feldenkrais met l’accent seulement sur les mouvements qui sont confortables. Quand quelque chose commence à faire mal, l’enseignement est d’arrêter de le faire.

Comme avec d’autres pratiques de mouvement comme le yoga, la Technique Alexander et le Tai-chi, la conscience de corps, la souplesse et la résistance forment un ensemble.

Après plusieurs semaines de séances individuelles et de cours de Feldenkrais, mon épaule et ma hanche hanche se sont remarquablement – quoique non radicalement – améliorées. Je bouge plus librement et prend plaisir à ressentir globalement plus de bien être et de connexion. Effet placebo ? Pouvoir de suggestion ? Peut-être, mais je pense sincèrement que ceci est réel.

J’ai demandé à un ami de New York très sceptique si tout ceci sonnait tiré par les cheveux. Il m’a dit que son fils – dont les douleurs physiques, mentales et émotionnelles diverses étaient devenues si sévères qu’elles l’ont presque mené au suicide – a essayé pléthore de traitements, en vain. Mon ami ne comprenait pas et ne pouvait pas expliquer pourquoi la Méthode Feldenkrais a changé la donne et a aidé à sauver la vie de son fils. Il savait juste que ça s’est passé.

Si c’est du placebo, j’en prends deux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.