Mind over muscles

« La méthode Feldenkrais aide aussi bien à soulager le mal de dos, les maux de tête et l’arthrite qu’à améliorer la posture, la mobilité, la concentration et la coordination. » Article paru dans The Intelligent Optimist le 8 septembre 2014

Pratiquée régulièrement, la méthode Feldenkrais aide aussi bien à soulager le mal de dos, les maux de tête et l’arthrite qu’à améliorer la posture, la mobilité, la concentration et la coordination. Contrairement à d’autres pratiques physiques, le Feldenkrais n’exige pas d’endurance, d’agilité ni d’aptitudes particulières, donc les techniques sont appropriées pour les personnes âgées et les infirmes.

La Prise de Conscience par le Mouvement Feldenkrais a été inventée par l’ingénieur mécanicien et physicien israélien né en Ukraine Moshé Feldenkrais, décédé en 1984. Quand, dans la quarantaine, une douloureuse blessure au genou a détérioré sa capacité à bouger, et que l’opération suggérée par les médecins a semblé moins que prometteuse, le judoka s’est résolu à se guérir par lui-même.

Feldenkrais a commencé par tester des façons de manipuler l’articulation jusqu’à ce qu’il découvre une séquence de mouvements qui a rétabli sa fonction. Tandis que le cerveau contrôle nos muscles, Feldenkrais affirme que nous pouvons également utiliser nos muscles pour renvoyer des messages au cerveau. C’est l’effet combiné sur le corps et l’esprit qui rend le Feldenkrais si convaincant. Les mouvements corporels sont représentés dans le cerveau par un jeu de neurones qui agissent ensemble quand des mouvements spécifiques sont exécutés. Alors que nous acquérons ces modèles de connexion via nos expériences pendant la petite enfance et l’enfance, nos cerveaux et notre système nerveux changent, tant structurellement que fonctionnellement, en conséquence de nouvelles expériences, par un phénomène connu sous le nom de neuroplasticité. Donc l’image mentale de nos corps peut changer même à l’âge adulte et à la vieillesse.

Les informations sensorielles reçues par votre cerveau pendant les sessions de Feldenkrais peuvent créer de nouvelles connexions neuronales. Au fur et à mesure que ces connexions s’activent pendant les sessions, les voies deviennent plus fortes. Finalement, elles deviennent le modèle par défaut, le choix neural préféré. La méthode Feldenkrais « ce n’est pas juste bousculer les muscles mais c’est changer les choses dans le cerveau lui-même, » dit le neuroscientifique et le candidat au Prix Nobel Karl Pribram. « Le patient peut donc réajuster progressivement l’ensemble de son dysfonctionnement musculaire pour arriver à ce que nous appelons une image normale. »

La méthode Feldenkrais est utile dans le traitement de troubles neurologiques comme la sclérose en plaques, l’attaque cérébrale et la paralysie cérébrale. Entraîner le corps de cette façon « change non seulement la force et la flexibilité du squelette et des muscles, » comme Feldenkrais l’a dit, « mais marque aussi un profond changement de l’image de soi et de la qualité de direction du soi. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.