Moshé Feldenkrais et le Judo moderne

Une histoire étrangement oubliée d’un physicien qui a appris le Judo

Article passionnant écrit par Terence McPartland en Septembre 2012. Terence enseigne les leçons de Prise de Conscience par le Mouvement et étudie la Méthode Feldenkrais™. Il est ceinture noire, 3ème Dan en Judo et enseigne au DC Judo à Washington DC.

En Palestine après la Première Guerre Mondiale, les temps étaient durs. Pour un jeune immigrant ukrainien nommé Moshe Feldenkrais, cela signifiait être prêt à se battre pour sa vie à tout moment. Savoir se battre n’était pas un sport ou un exercice à la mode, cela signifiait la survie.

Le jeune Feldenkrais avait un esprit scientifique solide, des compétences testables que lui et ses voisins pouvaient utiliser pour se défendre. Le jujitsu japonais avait éclaté comme un phénomène international au début des années 1900. Feldenkrais et ses pairs ont travaillé pour apprendre des techniques de jujitsu pour une application de vie réelle dans la rue. Il a publié un livre sur le jujitsu qui était basé sur ce qu’il avait appris en combattant et en enseignant aux autres et qui était destiné à être un outil de formation pour le Haganah, ou les forces de défense juives. Une grande partie de son travail a été incorporé dans le système qui est devenu connu sous le nom de Krav Maga aujourd’hui.

Feldenkrais a quitté la Palestine pour faire des études d’ingénieur et de physique à Paris. Là il a rencontré le fondateur du Judo, Jigoro Kano, en 1933. Kano l’a encouragé a étudier le Judo. Feldenkrais a appris le Judo avec Mikonosuke Kawaishi, remportant son Shodan en 1936 et un Nidan en 1938. Il a publié plusieurs livres sur le Judo incluant son travail de Judo le plus important : Higher Judo (Groundwork).

Feldenkrais and Kawaishi ShimewazaFeldenkrais (à droite) et Kawaishi pratiquant le shime waza (techniques de suffocation)

Feldenkrais et Kawaishi ont fondé le Jujitsu Club de France en 1936. Cette organisation est finalement devenue la Fédération Française de Judo et Jujitsu (FFJJ) en 1946. La FFJJ a contribué à la création de la Fédération Internationale de Judo qui surveille le Judo sportif dans le monde entier. Paul Bonét-Maury, le premier secrétaire général de la FIJ, était un des étudiants de Feldenkrais. Relativement peu de gens ont entendu parler de Feldenkrais, mais son impact sur le Judo a été grand et significatif.

Feldenkrais a réuni sa formation d’ingénieur, son propre processus d’apprentissage du Judo et son expérience de combat réel dans les rues de Palestine pour développer de nouvelles méthodes d’enseignement du Judo. Il a utilisé les compétences analytiques d’un physicien pour décomposer les techniques en une série de mouvements distincts que l’on pourrait facilement expliquer et pratiquer lentement en renforçant ses aptitudes. Feldenkrais a travaillé avec Kawaishi sur la manière d’enseigner le Judo aux occidentaux. Kawaishi a documenté cette approche dans My Method of Judo (Kawaishi 1955) qui est devenu un standard d’instruction et de promotion du Judo européen dans la période d’après Deuxième Guerre Mondiale. Le Judo sportif moderne doit beaucoup au travail de Feldenkrais pour organiser, promouvoir et enseigner le Judo.

Alors pourquoi n’entendons-nous pas plus parler de Moshe Feldenkrais dans le Judo ?

Forward Roll Sequence - Feldenkrais 1930sSur cette photo tirée d’un magazine français du milieu des années 1930, Feldenkrais montre quatre positions de la roulade avant (zenpo kaiten)

Une direction radicale : du Judo à la Méthode Feldenkrais :
Comment Feldenkrais a pris les leçons de Judo et les a transformés en processus de référence pour l’auto-éducation

Feldenkrais a commencé dans les années 1940 à voir le Judo d’une nouvelle façon avec des bénéfices potentiels allant bien au-delà de l’autodéfense, du sport, ou de la forme physique. Il a écrit :

Le but essentiel du Judo est d’enseigner, aider et faire parvenir à la maturité adulte, qui est un état idéal rarement atteint, où une personne est capable de traiter la tâche présente immédiate avant lui sans être entravé par des habitudes de pensée ou des attitudes plus tôt formées. Beaucoup de Judoka trouvent cela difficile, à première vue, de voir un rapport quelconque entre leur pratique et cette affirmation abstraite, (Higher Judo: Groundwork  pp. xii-xiii)

Il a vu ce concept « de la maturité adulte » comme le plus important des bénéfices reçus en pratiquant le Judo. Les mouvements de Judo étaient un moyen pour réaliser une fin spécifique comme la projection de l’adversaire, mais aussi un moyen pour développer une liberté d’action qu’il a considéré comme un droit imprescriptible humain. La liberté de faire ce que l’on souhaite et de savoir quoi et comment on le fait est une capacité apprise. Le Judo a fourni les moyens pour pratiquer et développer cette capacité en plus de ses autres avantages.

Apprendre à bouger efficacement signifie surmonter les obstacles qui empêchent ce mouvement. Le Judo fournit un test objectif de l’efficacité du mouvement. La pratique du Judo est un moyen de réaliser la maturité adulte et la liberté relative que Feldenkrais a vue comme son but le plus haut.

Que faisons-nous dans le Judo qui est si différent d’autres disciplines ?

La chose la plus saisissante est que le Judo ignore l’héritage comme un facteur d’importance. Nous ne constatons pas que la taille, le poids, la force ou la silhouette ont beaucoup de rapport avec ce qu’un homme peut apprendre à faire tant qu’il est dans la limite de son intelligence. En admettant franchement les défauts physiques, nous sommes capables de les tourner en avantages en temps utile! Ce qu’un homme peut faire est surtout déterminé par son expérience personnelle, les habitudes de pensée, sentiment et action qu’il a formées.

Généralement l’incapacité de faire est produite par la peur, l’imagination et l’appréciation autrement déformée du monde extérieur. Nous enseignons une activité impassible, objective qui n’a rien à voir avec ce que la personne est ou sent et nous montrons que le résultat dépend entièrement de quand, quoi et comment une chose est faite et sur rien d’autre.
(Higher Judo: Groundwork p.17)

En 1948, Feldenkrais a publié L’Etre et la maturité du comportement. Cet événement a marqué le début d’un mouvement pour généraliser les principes et les bénéfices du Judo aussi bien pour le Judoka que le non-Judoka. Durant les presque quarante années suivantes, il fera des recherches, pratiquera et enseignera ce qui est devenu connu sous le nom de Méthode Feldenkrais® d’Éducation Somatique. Le Judo s’est effacé de son travail pour étendre les principes « de l’efficacité maximale avec l’effort minimal » à tout le monde.

Il a développé deux modes pour partager ce qu’il a appris. L’Intégration Fonctionnelle® fournit une expérience d’apprentissage guidée par le toucher du professeur. La Prise de Conscience Par le Mouvement® ou leçons de PCM se concentre sur des instructions verbales et est appropriée pour des individus ou des groupes. Les deux méthodes utilisent des mouvements lents et minutieux exécutés avec une attention méticuleuse. Les étudiants rapportent souvent des changements clairs d’équilibre, de stabilité, de mobilité et de souplesse aussi bien qu’une meilleure énergie et une capacité améliorée de penser, d’apprendre et d’être créatifs. Le concept de base est simple : sachez exactement ce que vous faites et faites exactement ce que vous pensez que vous faites.

La Méthode Feldenkrais® a maintenant des professeurs certifiés dans le monde entier. Aujourd’hui les praticiens appliquent la Méthode avec des enfants, des adultes et personnes âgées, avec des athlètes, des gens ordinaires et des personnes handicapées dans une vaste gamme de modes qui peuvent apparaître assez loin de ses racines dans le Judo. La recherche cérébrale moderne concernant la neuro-plasticité a tendance à confirmer les observations de Feldenkrais sur comment le cerveau s’organise et sur combien peut être accompli à travers l’apprentissage minutieux et attentif, en désapprenant et réapprenant les mouvements.

Cercle complet : le retour de la Méthode Feldenkrais® aux Arts Martiaux

L’intérêt pour les arts martiaux en général, et le Judo particulièrement, continue de monter aux Etats-Unis. Beaucoup de personnes se forment au Judo, au Karaté, au Taekwondo, à la Muay Thai, au Jujitsu brésilien (JJB), au Kempo et à une gamme d’autres arts grands et petits. Les  » Mixed Martial Arts » ou MMA sont devenus un phénomène de mode tant pour les participants que pour les spectateurs.

Les écoles d’arts martiaux et les professeurs abondent, et beaucoup de professeurs peuvent partager leur amour d’une discipline et leur expérience en compétition. Tant l’amour que l’expérience sont des ressources de très de valeur, mais elles ne peuvent pas aider à elles seules à surmonter les habitudes physiques et mentales héritées d’un étudiant. Les professeurs ne peuvent pas aimer quelqu’un parce qu’il arrive à surmonter la peur de chuter, pas plus qu’un professeur ne peut directement transmettre sa propre expérience durement gagnée. Les étudiants doivent à un certain point entreprendre un chemin de découverte de soi pour apprendre à s’approprier leur art. L’amour du jeu et la connaissance technique du professeur peut conduire les étudiants jusqu’au niveau de leur propre conscience.

Autrefois, les aînés sages dirigeaient les écoles d’arts martiaux. Ces professeurs avaient la passion pour leur art, l’expérience technique et une troisième capacité – la conscience profonde de leur propre corps et ses mouvements. Les écoles anciennes pouvaient utiliser de longues années de formation pour développer une conscience exceptionnelle. Feldenkrais a développé un moyen pour cultiver cette conscience directement par des mouvements spécifiques, stimulants et de rendre cette conscience pratiquement accessible sans décennies de formation aux arts martiaux. Cette conscience n’est pas une qualité mystique ou mystérieuse, mais le résultat d’une pratique d’attention minutieuse, de test et de vérification que vous faites ce que vous pensez que vous faites.

Qu’est-ce qui est vraiment requis pour aider les pratiquants d’arts martiaux à augmenter leur conscience et à exceller au-delà de leurs limitations ?

– une compréhension profonde du corps et des schémas de mouvement et de ce qui pourrait retenir un étudiant
– une façon organisée d’évaluer et aborder ces limitations pour atteindre une performance libre, joyeuse et exceptionnelle
– des moyens pour les pratiquants d’arts martiaux pour accélérer leur apprentissage d’eux-même, de leur corps et de leur art de rationaliser l’exécution

Ces facteurs sont exactement ce que la Méthode Feldenkrais® apporte aux artistes martiaux aujourd’hui. Par les leçons et les méthodes de cette approche, les artistes martiaux tant compétitifs que pour le loisir peuvent faire des progrès dans leur gamme et facilité de mouvement qui rend les techniques plus rapides, plus lisses et plus sûres.

Comments

  1. Dr Jean-Jacques Chasseraud a écrit

    J’ai appris gamin en japonais les noms des prises de judo au travers du livre de Kawashi
    Un tableau de toutes les prises de Kawashi ornait ma chambre.
    C’était dans les années 60 et mon corps était d’une légèreté extraordinaire après une séance de transpiration intense de préparation, de mise en forme, de répétitions et de combats de judo au dojo de La Montagne à Paris.

    Mon maître Henry PLEE nous disait: vos mouvements deviendront bons une fois que le corps aura bien dépensé.
    On obtenait dés-lors l’efficacité maximale avec le minimum d’effort. La quête du mouvement vrai!

    Je ne savais pas enfant que ces paroles cachaient du Feldenkrais.

    La transformation du cerveau par la pratique du judo me donnait toute l’assurance et la relaxation du corps dans les décentes de ski chronométrées de Montana’Crans sur Sierre en Suisse. Le sport de prédilection de mon enfance.

    Ensuite ce fut plus-tard l’assurance dans les compétitions de planche à voile. Mon deuxième sport de haut niveau.

    Nous savons aujourd’hui que la pratique (sport-musique-danse-peinture…) modèle notre cerveau.

    Ce qui est d’autant plus bénéfique au cours de la croissance. Le cerveau est ainsi préparé pour donner au corps les meilleurs performances.

    Il en est de même pour l’autre cerveau dit abstrait qui préparera de son côté aux grandes écoles.

    Quand aux sports études, y a t’il un développement simultané des deux hémisphères à la fois sans encombre?

    C’est oublié qu’il peut y avoir une prédisposition génétique dans un sens ou dans l’autre qu’il ne faut pas contrarier.

    D’où l’importance de faire attention aux prédispositions de l’enfant.

    En fin de vie, la mémoire ancienne reste et devant un handicap de la mémoire immédiate, c’est l’image et le mouvement qui reste au plus profond de nous. La main est le dernier organe avec lequel on peut communiquer quand le corps ne bouge plus. D’où l’importance du mouvement et de la marche régulière dans la maladie d’Halzeimer.

    Le Judo a été la voie de la souplesse et du faible contre le fort avant qu’il ne soit défiguré par la résistance et le poids par les compétitions.

    La pratique Feldenkrais a le mérite de distribuer le mouvement à sa juste valeur des débuts du judo.

Répondre à Liliane Nadeau Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.