Psychanalyse et Feldenkrais : écologie de l’esprit (1/2)

« En permettant le relâchement des efforts fonctionnellement inutiles notamment en périphérie, en assouplissant et mobilisant davantage le centre, notamment les vertèbres dorsales et la cage thoracique,et surtout en éclairant des habitudes insues et des zones ignorées, la méthode Feldenkrais n’est pas sans incidence sur le sentiment d’exister ni sur les possibilités de changement. » Ecrit par Valérie Marange le 5 janvier 2014. Lire l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.