Visite à Nik Bärtsch, pianiste et samouraï de la musique zurichoise

« Alors que j’étais étudiant en musique, on ne m’a presque jamais parlé des sensations du corps, alors que bouger intelligemment, sans déploiement de force excessif, fait partie des qualités d’un musicien. Que ce soit pour fluidifier le jeu, pour éviter des douleurs inutiles ou pour affronter les aléas d’une tournée fatigante.» Nik Bärtsch pratique l’aïkido et la méthode Feldenkrais depuis de nombreuses années. Lire l’article écrit par Boris Senff pour la Tribune de Genève, le 19 mars 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.